Le blog

Chronique de Escape With a Book sur Effondrements et Auréoles, les livres de la box n°2.

“Deux pêcheurs autour d’un cadavre, la forêt de Rambouillet pour seul témoin. La victime n’est pas une jeune femme ordinaire, mais la fille d’un politicien sulfureux. Son corps a été littéralement broyé. Par quoi ? Par qui ? Pourquoi ? C’est ce que le groupe de la crim’ mené par Alaric Autier va tenter de comprendre, en huit journées d’une enquête sous haute pression. Entre mensonges et coups bas, on dirait que tout le monde a quelque chose à cacher, dans cette affaire où les existences et les destins menacent de s’effondrer.”

Le polar n’est pas mon genre de prédilection, je ne suis pas une “lectrice facile” de ce style, je suis assez exigeante car pour que cela me plaise, il faut que ça soit réellement bien construit. Cependant, quand j’ai vu que Guy Morant recherchait des chroniqueurs, j’ai directement été interpellée par la couverture (le talent de Matthieu Biasotto !) et j’ai eu l’intuition que cela me plairait.

Et je ne me suis pas trompée.

J’ai passé un excellent moment avec ce livre : Un meurtre original (je ne pensais pas un jour qualifier un meurtre avec cet adjectif) qui rend ce polar différent des autres. Plusieurs intrigues se mêlent, on ne saura pas le ou les coupable(s) avant les 50 dernières pages et on sent réellement que l’auteur a mené moult recherches pour écrire son livre : je n’ai pas ressenti d’incohérence ou d’incompréhension à quelconque moment, tout est réaliste et bien expliqué.

Le seul bémol à mes yeux est la fin où certains points auraient mérité un peu plus d’approfondissements. L’intrigue est tellement bien menée pendant 370 pages que j’ai trouvé que cela se finissait trop vite. On a beaucoup de détails tout au long de l’enquête et c’est comme si on avait bouclé l’affaire vite fait bien fait. Quelques pages en plus auraient pu combler mon goût de ‘trop peu’.

“Dans une chambre d’enfant, les corps d’une femme et de son nourrisson. Le cadavre d’un garçon sur le lit. Cette mère a-t-elle tué ses enfants avant de mettre fin à ses jours ? Le groupe Alaric Autier enquête dans la communauté catholique d’Orsay, essayant de débusquer les secrets de cette famille très en vue. Il intègre une nouvelle recrue : Joseph Kamara, jeune Officier de police judiciaire à qui le stress enlève tous ses moyens.”

Cette petite nouvelle, éditée en papier uniquement pour la box, nous plonge une fois de plus dans l’univers policier de Guy Morant. Le court format permet moins de longues intrigues que ses romans, mais nous passons toujours un bon moment avec Guy Morant ! (Applaudissez la rime :p)

Je ne peux aussi que vous conseiller les tomes suivants, Embrasements et Le sang de nos pères: le suspens est toujours présent !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *